Léonard Bourdillon

 

 Auditeur, membre du grand Conseil

 

Genève

 

(1725-1802)

 

Le journal de la famille Bourdillon

 

 


Le journal de la famille Bourdillon,  composés de plusieurs documents - entre 200 et 300 pages - sur l'histoire de la famille,  est inestimable et recèle une multitude d'information sur les origines de la famille et la vie quotidienne des Bourdillon contemporains de Léonard.

 

Extraits de la préface

" Je n'aurais jamais entrepris les annales de ma patrie et celles de ma famille, si ma patrie n'eut été une République et une République intéressante ; si ma famille n'eut pris naissance dans l'État mitoyen et si elle ne fut restée dans l'état le plus propre à lui assurer le bonheur. C'est de son bonheur, c'est de la félicité publique que je me trouve heureux. Ce sentiment qui les réunit tous, embellira mes vieux jours." (.../...)

J'ai correspondu avec la France, l'Angleterre, la Suède, la Suisse et tout ce qui m'environnait. (.../...). Je n'ai rien négligé pour recueillir avec soin ce qui peut intéresser : naissances, baptêmes, mariages et décès ainsi que les actions de ceux qui ont bien mérité de la Patrie en général et de la famille en particulier. (.../...)

On verra dans cet ouvrage que ce ne furent point les richesses qui soutinrent cette vertueuse famille. Son penchant pour le mariage, le désir d'avoir une nombreuse postérité, voilà leur ambition. Donner des citoyens à la Patrie, les faire distinguer dans les sciences et dans les arts et leur laisser pour héritage une bonne éducation, voilà les aïeux dont je me glorifie d'être descendu. Où en est le mérite ? Sera-ce celui d'être habile à hériter ou celui d'avoir été l'instrument de son propre bonheur. (.../...)

Ce qui m'a le plus déterminé à entreprendre ce travail c'est le bonheur que j'ai eu à me procurer les registres du conseil. (.../...) 

Profitons donc des moments qu'il (le créateur NDRL) me laisse encore pour laisser à ma postérité un ouvrage qui peut lui faire éviter tant d'écueils, l'instruire, l'amuser sur tant d'objets, le diriger dans tant de circonstances, par le tableau des faits et des événements, l'entraîner en s'emparant de ses sentiments, lui inspirer l'honneur, la vertu et l'émulation, lui faire luire l'espérance ou lui verser des consolations, lui faire connaître tous les points d'appui dans l'adversité, tous les liens qui peuvent embellir ses jours et remplir son cœur, tous les exemples qui peuvent élever son âme et diriger son esprit.

Bourdillon
Auditeur
15 juin 1781

Suivent des extraits du journal de Léonard le concernant personnellement remis par ordre chronologique afin de donner une vision de l'homme. D'autres passages de Léonard sont présentés sur ce site Internet, notamment concernant : Les origines, Augustin, Pierre-Elie, Henriette-Judith , Jean-Louis.

 

"1725
    Le 8 décembre 1725,aissance de Léonard, fils de jaques Bourdillon, dit l'aîné, et de Margueritte Girard.

1752
    Je vis construire les fondements du temple de Saint Pierre et j'eus bien l'occasion de satisfaire ma constante curiosité.
1756

    En entrant dans ma trente huitième année, je fus revêtu de la direction des Coches, ensuite de celle des Messageries. Puis je me mariai le 14 novembre avec Sara Bessonnet, fille de feu Jacob Bessonnet, Citoyen de Genève et de Sara Massé.
1757
    Les bernois m'offrirent aussi leurs Messageries, mais je les invitai de les conserver à Jean Bourdillon, cousin germain de mon père.
Ami Bourdillon (1732-1803), mon cousin germain, et époux de ma sœur, Jeanne-Elisabeth Bourdillon, acheta une campagne à Frelex, pour y filer le reste de leurs jours.

1760
    Je forçai Dumesrel père, receveur de Collonges, à me restituer des armes qu'il avait fait saisir. Je fis arrêter à Gex deux chevaliers d'intrigue qui emportaient les montres de nos horlogers. Je fus chargé de fournir des vivres aux ambassadeurs de France et de Sardaigne qui étaient assemblés à Seyssel pour traiter de leurs frontières.

1768

    Le duc de Choiseul voulut détourner le transit de Genève, j'imaginai un expédient qui leur en imposa pendant plus de six semaines à de Jeaucourt, Général de l'Armée française qui pour le dire en passant était protestant. Je dressai un passeport pour chacune des paroisses du pays de Gex, j'y prodiguais tout le lustre que je pouvais tirer de mes emplois de directeur des Coches d'eau et des Messageries royales de France parlant au pluriel et y apposant mon grand sceau aux trois fleurs de lys. 

1770
    Le 12 mars de cette année Léonard Bourdillon, fils de Jaques Bourdillon et de Marguerite Girard, fut élu Conseiller au Grand Conseil, et ce fut ainsi que je parvins au Grand Conseil sans m'être présenté directement ou indirectement. Je fus élu au grand souverain, où je jus honoré de 650 suffrages, ce que j'ai plus attribué à mon zèle et à mes services, qu'à mes talents.
1772
    Mon père termina sa carrière au premier de l'an. Il avait institué pour ses héritiers universels son benjamin et son filleul, les dixièmes et les onzièmes de ses enfants (François et Jaques), qui n'aveint après eux que deux cadets (Vincent et Jean-Léonard). Le dernier (Jean-Léonard héritait autant que moi et ses aînés plus que nous. Quoique je lui avais gagné la moitié de son bien, j'aurais souscrit en silence aux dernières volontés de l'auteur de mes jours, mais il oublia mon frère Augustin, le suédois.
Cet acte de prétérition volontaire ou involontaire m'engagea à faire casser le testament. L'ayant obtenu, je voulus tout niveler, mais les frères voulurent absolument portionner leurs sœurs. J'étais sur le point de les plaider contre mes propres intérêts lorsque nous parvîmes à nous arranger fraternellement.
1780
    En octobre de cette année fils Léonard Bourdillon, fils aîné de Jaques Bourdillon et de Marguerite Girard, fut élu Auditeur de Droit et Sommaire de justice de Genève, en Conseil Souverain. C'est ainsi que je fus honoré d'un dignité à laquelle je n'avais jamais aspiré, bien loin de là. Depuis sept ans, appelé à cette place tous les ans, je paraissait sous le chandelier pour obtenir ma décharge une fois pour toutes, mais mes concitoyens voulaient absolument m'élire cette année. Je me retirais à Lyon, où je reçus de Monsieur le syndic Dentand, après l'élection, un avis par lequel on élut qu'un seul auditeur, et qu'on attendait mon retour. Arrivé dans ma patrie, Messieurs Dentand, Clavière, du Raveray, Vieisseux et autres, vinrent en larmes me solliciter au nom de mes concitoyens. J'offris un millier d'écus pour trouver à me remplacer. Ils sortirent et le lendemain Monsieur de Raveray vint me déclarer l'inutilité de cette offre. J'en proposais le double avec aussi peu de succès. Je me vis donc obliger de faire  émanciper mon fils pour lui remettre mes affaires et d'exercer à l'âge de 55 ans la fonction pénible et délicate d'Auditeur dans les circonstances les plus critiques où la patrie se soit jamais trouvé.
1781

    Je crus avoir vaincu la discorde et je fondai notre société de Famille. J'en fis tous les frais, je lui donnai un Code, j'établis chez moi les soirées de la famille, je fis faire des cordons d'amitié, je fis frapper des jetons de famille en argent, en bronze et en or et en simili-or. Je m'en réservai un en or, en qualité de Doyen, j'en remis un à Gédéon-Marie en qualité de chef de la seconde branche et un troisième à Jean-Louis, en qualité de trésorier. Ensuite j'en remis un en argent à chacun des vingt et un autres membres de la société dont on fils était le sociétaire. Je fis faire des coupes, soit des grands gobelets d'argent vermeil pour ... (manque la suite - NDRL)
1782
    Dans le courant du mois de juillet, les troupes étrangères ayant pris possession de la ville, je me retirais à Lyon après avoir rendu compte à Messieurs les syndics et à Monsieur le Lieutenant et pris congé par écrit.

Un peu plus tard, Monsieur le Premier, d'ordre du Conseil, m'écrivit à Lyon, en me donnant des éloges, de venir prendre mes fonctions d'Auditeur. Cette lettre ainsi que la réponse négative que je lui fis par retour de courrier, sont consignées dans mes registres. Mais les curieux d'entre mes lecteurs n'ont qu'à ouvrir mon journal politique dans lequel ils trouveront les événements intéressants de cette année, ma résolution à défendre la ville pour pouvoir punir les traites des deux partis, et ensuite obtenir une capitulation honorable. On verra le moment auquel je fus sur le point de faire feu après avoir fait mettre bas l'avancée et le pont de Cornavin. Le dépit du conseil à la suite de ma réponse à Monsieur le Premier, son intention étant de me juger, les troupes occupant la campagne de Montbrillant. Mon fils privé de ses emplois à l'époque de son mariage, la lettre que je fis mettre sous les yeux de S.E. Monsieur le Comte de Vergennes, l'heureux effet qu'elle produisit d'abord, la menace qu'il fit ensuite de me faire enfermer à la Bastille avec mes deux amis de Lyon et de Paris. L'on y verra que mon exil fut volontaire, malgré tant d'ennemis, enfin au bout de six mois ayant appris que Monsieur Fabry avait été élu pour achever la dernière de mon auditorat, je revins dans ma Patrie, goûter dans le sein de ma famille la douceur d'un repos et d'une liberté que je n'avais connus. Ainsi fini cette année orageuse.

1785

    Cette année suivant l'usage constant, le Doyen débute comme il le fait toutes les années par délivrer le cordon d'amitié aux dames de la société qui ont fréquenté le plus assidûment les soirées de la famille que le Doyen tient chez lui pour fixer un point de réunion de toute la famille et des plus proches alliés. Son usage contant est aussi de faire lecture de l'historique des événements qui sont arrivés dans la famille pendant le cours de l'année. Ces choses ayant été exécutées, il délivra un jeton de famille en Bronze à Vincent Bourdillon, fils aîné du greffier pour lui donner une marque de satisfaction de ce qu'il avait eu le prix au Collège.
Enfin, il termina cette séance pour faire l'éloge de la Dame Bourdillon - Archer(femme de François) laquelle avait allaité avec succès sa fille Catherine et lui remit solennellement le tribut de l'hommage le mieux mérité en lui donnant publiquement et dans un étui, un gobelet d'argent en vermeil sur lequel était gravés ces mots : "Triomphe de l'amour maternel" et en lui manifestant tous les sentiments qu'un si bel exemple nous avait inspirés. 

1790

    Dans son discours annuel, le Doyen nous retraça les malheurs qu'avaient éprouvés la patrie et la famille, soit par l'hiver le plus rigoureux qu'aucun de nous n'avait encore ressenti, soit par la révolution la plus extraordinaire qui s'était manifestée en France, qui mit nos fortunes au plus près de zéro, soit enfin par la perte d'une aïeule et d'un fils aîné de famille.
1793

    16 juin - Ami-Jean Bourdillon-Archer (12 ans - NDRL), l'un des mes neveux, ayant reçu, à Saint Pierre, l'un des prix de la classe, je lui envoyai un jeton de famille en bronze, accompagné d'une lettre propre à exciter son émulation et à rappeler à son souvenir, qu'il fut le premier de la famille qui le reçut des mains de la liberté et de l'égalité.

5 décembre - La maison Jean-Louis Bourdillon et Cie, dans laquelle je fus un des commanditaires, a remis son bilan au greffe. J'avais tout fait pour l'éviter (.../...). Je m'y trouve intéressé pour 20 000 livres en commandite qui sont absolument perdues ; pour 7 849 livres, deux dont que j'avais fait à la famille dont il était le trésorier et pour 16 731, 6 en compte courant. Total livres 44 850,2,60 d'argent courant. (.../...) Il serait bien singulier que je fournis le premier exemple d'un homme ruiné pour avoir fait le bien.

1794

4 juin - Jean-David ne s'étant pas trouvé en état de rendre compte de ses affaires, au point que l'on a pas encore dressé un bilan, les Commisaires Nationaux ont demandé aux syndics de mettre sa personne en sureté et il a été traduit aux prisons à l'entrée de la nuit. Je continue à payer leurs créanciers.

21 juillet - Mon fils Isaac Bourdillon fut élu membre du tribunal révolutionnaire par 1265 suffrages.

3 septembre - Depuis 3 mois, Jean-David était en prison. Le désordre qui régnait dans les affaires de la maison Bourdillon, de Rodon et Cie fut cause qu'il fut accusé de plusieurs infidélités et le premier tribunal l'avait condamné.

6 septembre - 29 des miens ayant encore comparu devant le second tribunal révolutionnaire que mon fils présidait, on arriva au total de 56 de mes parents et alliés. Sans mon fils tout ceci eut été plus étendu et plus sérieux.

23 septembre - Louis-Marie-Gédéon Bourdillon, mon cousin et couronne, le régent, mon parent, se retirèrent pour les mêmes causes et furent s'établir avec d'autres genevois dans les États Unis d'Amérique. Mon cousin Bourdillon emmena ses deux fils et mon cousin Cazenoves Besssonnet, l'ancien auditeur les deux siens.

1795

25 juillet - Jusqu'à ce jour j'avais constamment payé les créanciers de Bourdillon, Redon et Cie (.../...) J'envoyai en audience cette déclaration : "Je soussigné déclare qu'étant poursuivi pour le compte d'autrui et en qualité de caution, pour avoir trop facilement accordé ma signature à des gens qui ont abusé de ma confiance ; que d'ailleurs ayant perdu presque tout mon bien , tant par trop de crédulité et de bonté, que par des fausses confiances, et la baisse extraordinaire des fonds que j'ai à Paris, je me vois maintenant forcé à cause  des dites garanties et cautionnement à suspendre mes paiements.

14 septembre - Malgré la déclaration que j'avais fournie en audience, je fus arrêté devant chez moi par un huissier et traduit aux prisons à l'instance de Bonnet Rossier et pour ce qui était dû par Bourdillon, de Rodon et Cie quoique j'eus tout fait pour satisfaire leurs créanciers, quoique je fus septuagénaires, quoique je ne fus que caution et que j'eus fourni un nantissement. Ce fut ainsi que l'on respecta la vieillesse et le malheur dans l'un des plus vrais et des plus serviteurs de la patrie.

26 septembre - Mon neveu Diedey l'aîné est venu demander mes clés pour livrer le reste de mes effets à des gens auxquels je ne dois rien. 

7 octobre - sortie de prison ? (NDRL)

12 octobre - Bourdillon (Pierre-Daniel Bourdillon né le 9 mai 1756, pasteur de Dardagny en 1789 ayant été suspendu par le second tribunal révolutionnaire en 1794), qui avait été réintégré dans sa chaire à Dardagny  et n'ayant éprouvé que des mortifications de la part des habitants du lieu partit pour Charleston dans la Caroline avec sa femme et son fils où il a obtenu une chaire

26 octobre  - Mourut à Genève, Gédéon-Marie Bourdillon, mon cousin, chef de la seconde branche de la famille à l'âge de 57 ans. Cette branche qui est très nombreuse est pour la très grande partie en Angleterre et en Amérique.

1800

Le siècle étant fini, j'ai fait une récapitulation des trois siècles que la famille Bourdillon a parcouru à ma connaissance.

Dans le premier, ce ne sont que des genevois, à la réserve du Maréchal de France, l'un des collatéraux de mes aïeux. Ce fut en vain que je demandais à mes parents du Berry des renseignements sur les leurs, je les attends encore.

Dans le second siècle, je leur ai joins mes parents américains et anglais.

Dans le troisième, je leur ai joint tout ceux qui ont vécu et vivent à l'étranger.

Sur quoi, il est à remarquer que j'ai compté toutes nos filles qui se sont mariées, mais leurs enfants ni leurs maris, s'ils ne portaient pas le nom Bourdillon. Il n résulte donc que :

    - le XVIème siècle a produit 29 naissances, de ceux qui vivent ici, 10 mariages, outre ceux qui vinrent mariés et 25 morts

    - le XVIIème siècle a produit 57 naissances, 17 mariages et 52 morts

    - le XVIIIème siècle a produit 147 naissances, 59 mariages et 126 morts.

(.../...) Sur les trois siècles il y eut en tout 233 naissances, 86 mariages et 203 morts. D'où il résulte qu'il doit y avoir plus de 50 Bourdillon vivants de la famille genevoise.

 

Extraits des documents de Léonard Bourdillon

choisis par François Bourdillon(1953)