La rencontre entre Ambroise Paré

 

et  le Maréchal de Bourdillon

 

à la Fère - 1557

 

1557 - Bataille de Saint Quentin - Montmorency, blessé d'un coup de feu à la hanche est tombé entre les mains de l'ennemi (journée de St Laurent, le 10 août). Ambroise Paré soigne les blessés à la Fère où le Maréchal de Bourdillon et le duc de Nevers ont pris le commandement de l'ost. Un échange a lieu entre Ambroise Paré,  maréchal de Bourdillon (voir La bataglia di San Quintino par I. Malaguzzi, page 23 et la guerre de 1557 livre à la bibliothèque des invalides à Paris édité en 1896 ).

 

Ambroise Paré le 12 août : "Nous veismes plus de demie lieue autour de nous la terre toute couverte de corps morts, tous enfondrez par pourriture et desvisagez, et n'y demeurasmes guères pour la grande puanteur cadavreuse qui s'eslevoit des corps, tant des hommes que des chevaux"

Bourdillon, gouverneur de la Fère, pria Ambroise Paré de donner des soins aux blessés qui mouraient presque tous, emportés par cette terrible infection qu'on appelle la pourriture des hôpitaux, conséquence de la corruption de l'air par l'encombrement des malades.

Ambroise Paré : "Les playes des blessés estoient grandement puantes et pleines de vers, avec gangrene et pourriture, tellement qu'il me fallut jouer du couteau pour emporter ce qui estoit gasté, et ne fus sans couper bras et jambes, et aussi en trépaner plusieurs. Or on ne trouvoit aucun médicament à la Fère, parce que les chirurgiens de nostre camp avoient tout emporté. Je décousvry que le chariot de l'artillerie estoit demeuré à la Fère, et n'y avoit on encore touché. Je dis au dit seigneur le Mareschal (de Bourdillon) qu'il me feist delivrer une partie des drogues qui estoient dedans : ce qu'il feit, et m'en fust donnée la moitié seulement, pour une fois, et cinq à six jours après il me fallut prendre tout le reste ; encore n'y en avoit il pas a moitié pour panser le grand nombre de blessez. Et pour corriger et arrester la pourriture, et tuer les vers qui estoient en leurs playes, le les lavois d'egyptiac dissoult en vins et eaux de vie, et leur faisois tout ce que je pouvois ; mais nonbstant toutes mes diligences, il en mourut beaucoup" (Vermandois, II, 360)

 

Amboise Paré, gravure d'Etienne Delaulne (1582)

 

Voir biographie d'Ambroise Paré (Bourg en Hersent 1509 - Paris 1590) et la chronologie de sa vie.

 

Retour page  Imbert de la Platière, Maréchal de Bourdillon, Seigneur d’Epoisses

 

Retour Sommaire